Tuesday, June 10, 2008

A Cannes pour le 61 ème...Ou l'inspiration du peintre



Bord de mer pendant le festival, tiédeur de l'eau sur la petite plage du port à Cannes, et puis les films, les films encore,qui se succèdent, le cinéma, qui se repaît des profondeurs marines.. Le cinéma, reflecteur de l'âme humaine, en extrait la substantifique moelle, pour témoigner, des émotions,des sensations.
C'est la même chose en peinture, la même démarche, la mienne, en tout cas...

Plonger,sans frein dans les abysses de l'inconscient collectif, c'est peut-être ce que nous propose, en particulier, Ocean Flame, film chinois de Fen Dou Liu.

Et ce qui me touche plus, dans ce film:

Ce point de non-retour dans le mouvement de l'âme, dont seule l'immensité de l'espace peut absorber le choc, à chaque retour des protagonistes du film en bord de mer, elle en robe rouge de dos, défiant la plus haute falaise, ou s'enterrant à deux avec lui dans le sable, masqués pour mieux dévoiler leur souffrance de vivre. Assoiffés de vie dans tous ses instincts, des plus cruels aux plus magnifiques. Vie du couple, cie de l'âme, belle ou pas, en devenir, en quête d'absolu.

Ce film, Ocean Flame, à lui seul vaut bien, le déplacement.Voilà ce qui me touche, aujourd'hui, dans ce 61éme festival de Cannes.




        Anima Mea,
 huile sur toile, 25/100cm,
Corinne Medina Saludo

La Noce 1 L'Accoucheur des Savoirs - 2 Plénitude - 3 Vers L'infini

L'Accoucheur des Savoirs,  huile sur toile, 80/60 cm, © C.Medina-Saludo 2018 Cette métaphore aux apparences mythologiq...